Artiste

Notes Bio

Éric Nadeau

Né en Montérégie, au Québec, en 1975. Il habitait à Saint-Jean-sur-Richelieu et y a laissé sa trace de 2007 à 2015 avant de déménager son atelier à Montréal, au Québec. Ses sculptures sont exposées et collectionnées autant par des galeries d’art qu’ajoutées à des collections publiques, institutionnelles ou privées, tels que la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et la Commission scolaire des Hautres-Rivières. Il est représenté et vendu en galeries à Montréal et en Californie depuis 2013.

Bachelier d’arts visuels et de philosophie, Éric Nado a commencé sa carrière à Montréal en 1999 et faisait partie de la cohorte fondatrice de la première coopérative d’habitation en arts visuels montréalaise, la Coop Lézarts.

Après plus d’une expo solo en centres d’artistes comme Observatoire 4 dans ses années d’artiste émergent, Éric Nado a acquis la reconnaissance de ses pairs, du réseau de galeries et de commissionnaires. Il est sélectionné parmi les artistes inscrits au programme d’Intégration des arts à l’architecture (1%) du gouvernement du Québec. En 2007, il a déménagé à Saint-Jean-sur-Richelieu et s’est plongé dans le riche patrimoine industriel et passé militaire de la région comme sources d’inspiration.

Éric Nado est représenté par la Laguna Gallery of Contemporary Art en Californie et par la Galerie C.O.A. à Montréal. En quinze ans, ses œuvres figurent maintenant parmi plusieurs collections privées et publiques et son travail a été commissionné par plusieurs instances pour divers besoins. Depuis 2012, il agit comme médiateur culturel dans le réseau des Maisons de la culture de Montréal et est invité annuellement pour présenter son travail à des étudiants et organiser des ateliers créatifs en tout genre tant pour les enfants que pour les jeunes adultes en réinsertion sociale.

Démarche

Depuis 1999, une constante demeure au travail de Nado: le désir de raconter l’histoire d’un passé collectif à travers la création de sculptures et d’assemblages évocateurs et porteurs d’empreintes nostalgiques.

Des rebuts industriels, recyclés et récupérés dans divers lieux urbains abandonnés, l’approche initiale d’Éric Nado consistait à créer des formes robotiques inspirées de l’étymologie du mot tchèque «robota», soit «travail forcé». Autour de ces personnages rappelant la classe ouvrière, une représentation visuelle était mise en scène afin de matérialiser la notion du travail et éveiller les souvenirs du passé. Durant près de dix ans, Nado a poussé sa réflexion afin d’humaniser ces êtres robotiques. La série d’Humanonymes est ainsi née du désir d’interpréter une fibre collective.

L’exploration urbaine et la recherche de toiles narratives collectives à travers la sculpture-assemblage a toujours fait partie de la démarche de l’artiste. Des reliques du passé, Nado crée d’imposantes pièces qui portent hommage à un souvenir collectif déclenché par un sentiment commun de nostalgie.

En s’installant à Saint-Jean-sur-Richelieu, ville hôte de l’usine Singer et ville garnison de l’armée canadienne, son travail a pris de nouvelles dimensions. Se sont ajoutées deux séries de sculptures interprétatives : Les couturières et les mitra-lettres.

Les démontages-assemblages que sont la série toujours en cours des couturières évoquent la force du féminisme et le talent des femmes sur le marché du travail. Elles rappellent un passé tissé de la mémoire collective.

Quant aux mitra-lettres, les pièces figuratives créées de la déconstruction et de la reconstruction de machines à écrire rappellent la force indéniable des mots à travers le temps et l’Histoire.

process